DIRECTION LE DESERT, LE VRAI - 24/08/09
  

DIRECTION LE DESERT, LE VRAI - 24/08/09

, le 06/08/2009

 

T° Au sud on brule...

 

Ce matin, j'ai décidé de me lever avec mon chéri pour gravir la colline qui est face à nous et admirer le levée du soleil. Tout le monde dort encore bien sur et on se fait discret pour s'extirper de la tente.

Il fait toujours aussi frais le matin mais en un rien de temps, je me réchauffe avec les efforts de marche. Après 30 ou 40 minutes de grimpe, on arrive en haut et on a une vue imprenable sur tout le canyon qui s'étire à l'infini avec les vallons les uns derrières les autres. Oliv fait le pitre en sautant de roche en roche ce qui ne me rassure pas car nous sommes sur la crete. On s'assoit et on attend en amoureux.....

En revenant au camp, personne ne s'est encore réveillé et je décide de faire un vrai brin de toilette avec de l'eau chaude (du thé) et du savon. Ainsi, je peux me mettre en tenue d'eve sans que personne ne me voit ! Ca fait du bien car cela fait 5 jours que je carbure aux lingettes et à la crasse. Mon chéri fait de même.

On commence à préparer le petit déj se qui fait se lever nos aventuriers endormis. Même rituel que les autres jours, on fait la vaisselle, on range et affaires et on repart.

A travers le canyon qui se rétréci, on passe devant des van de touristes qui se lèvent ç peine et qui sont à moitié endormi. Ils ont du avoir froid cette nuit car ils sont presque tous au bord de la route avec la rivière qui coule. Nous au moins on était en hauteur.

Il est 9H et on est déjà en marche.

Arrivée vers la sortie, un passage très étroit nous bloque et on sort tous de la voiture sauf moi qui remonte pour filmer. Mais plus de peur que de mal car on passe sans pb. Croisant un nomade qui fait du ravitaillement d'eau, on laisse nous accompagnants faire de même et fbavarder avec lui. Nous décidons tout les 3 de finir à pieds la sortie du canyon. Chacun part de son côté pour s'évader et Oliv tente une approche vers une yourte ...

La voiture nous rejoins et nous récupère et là pour notre grand despoir, la route va durer 4H avec bien sur une pause pipi.

Comme m'explique Batka, avant la montagne, c'est le GOBI et après c'est le désert de GOBI.

AAHHH OOUUIITT Je n'ai jamais vu de paysage aussi diversifié...de beauté et de couleur. On s'arrete 10 minutes pour courrir à travers les tas de sable qui sont jaunes, roses..

On va sur le site de la plus haute montagne du pays qui fait plus de 400 mètres.

C'est assez touristique mais bien sur tout est relatif car cela faisait 3/4 jours  que l'on ne croisait personne et là il y a des étrnagers.

Ce soir on dort dans un camp tourist ou vivent 2 familles. C'est très joli à l'intérieur et on décide de se poser un peut car il fait très chaud dehors et on a les crocs. Afin de reprendre des forces, on fait une sieste d'1H  et après on décide d'aller voir nos acceuillant pour leur poser des questions sur leur vie, leur tradition...Ils nous offrent du thé salé "portik" et des biscuits (our le coup, c'est bon). On prend des photos et on discute en offrant aux enfant des sachets de bonbons qu'ils finissent en 2/2. Les petits sont très débrouillards et respectueux de leur parents.

Le soir, Batka nous dira que la famille nous a vraiment apprécié car on c'est intéressé à eux contrairement  à d'autres touristes qui arrivent en territoire "conquis". 

Après avoir assisté à la traite des juments, Bolta nous emmène au pied de la montagne de sable. Et là, c'est le drame !! Notre calvaire commence pour spider et moi. Nos pieds s'enfoncent dans le sable jusqu'aux molets. Pendant ce temps, Oliv et Batka grimpe à une vitesse déconcertante en nous narguant et en se moquant de nous. On finira toute les 2 à 4 pattes pour accèder en haut. Que de fous rires !!! En arrivant en haut, le vent se déchaine et on reste à contempler le panorama qui nous achève de force et de grandiosité. On profite, on respect et on encourage les touristes à grimper... La descente sera plus facile et terrible car on repars en courant !!! Oliv très prévoyant, a prit un sac pour glisser en surfant mais marcha pas !!!  Il faut vraiment le mériter pour grimper la haut car se n'est pas donné à tous le monde de le mériter.

1H15 de montee

15 minutes de descente

Mais Bolta est là en bas qui nous attend avec la voiture pour nous ramener au camp. Vite, en arrivant, oliv et moi on va revoir la traite des juments et voir les enfants qui grimpent dessus.

Il commance à faire frisqué dans le désert et chacun s'occupent pendant que le repas se prépare.

J'adore les soirées car elles sont apaisantes, calmes et reposantes.

On se sent bien et on fait le point de la journée et imagiant la suivante.

Ce soir, se sera pate + frites + viande.

On garde la tradition avec les mecs qui jouent aux cartes et les filles sous le duvet.
 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en